2 o
  2 0  2 o
                                                                                                                                                                    A v r i l
                                                                                                    
 
 
 
je sais qu’il ya un pays où la mer se retire 
des plages qui apparaissent à la force du reflux 
et où les nuages font verdir les dunes et 
les éclaircis pousser des euphorbes arc en ciel sur le dos crémeux du littoral  
la silice est le socle commun à ce pays 
la sillice et la vase 
il en va de l’écume comme des oiseaux 
ils effilochent le regard 
à peine le temps de les apercevoir se poser qu’ils s’amenuisent à contre jour 
des bulles de sables éclatent sourdement dans les gosiers non humains de l’estran 
puis tout contre la nuit à nouveau dénudée les symphonies limicoles hantent la grève 
 
L4sw3hZHRJKViA6KJL99Iw_thumb_58e9.jpg
 
ce matin nous étions loin de ce pays le figuier et moi 
une friche coincée entre la gare et une marina pour yacht 
des chais à vin squattés par des sans abris polonais jouxtant des succursales obscures de commerce international 
coté quai l’épave flottante du rio tagus  
derrière ce bâtiment flottant plein d’amiante  
le cra vidé de ses séquestrés  
ambiance tropicale sous cette bruine tiédasse 
mais en place de ficus géants ou autre papayes endémiques 
je foule aux pieds
de l’anacycle en massue 
du rapistre rugueux  
du plantain en spirale
des becs-de-grue-maritime 
des chardons 
des urospermes de dalé 
du laiteron délicat 
et 
posé sur son glacis de béton 
les troncs luisants 
un figuier majestueux 
autel entrelacs de dons hétéroclites 
des cannettes des bières forte
des culottes en coton 
des bombes de peintures 
 
les flics n’auront pas l’idée de venir nous empêcher de faire une partie de foot géante ici 
si ?
qu’est-ce qu’on est sages quand même 
 
0aWYx8peSs2AAcbfPv0Lgg_thumb_58d7.jpg
je sais qu’il y a un paysage nommé estran
d’où partirent les bateaux négriers descendant à vide vers l’Afrique de l’ouest 
remplissant les cales de bois arrachés aux foret 
et arrachant des hommes des femmes et des enfant auxquels ils enchainèrent les pieds 
deux à deux 
poussés dans la cale pour une traversée transatlantique de plusieurs semaines
marchandises non humaines et humaines mais marchandises avant tout
ces côtes atlantiques où furent ériger le code noir 
où furent ériger des villes portuaires grâce à la domination totale d’humains blancs sur d’autres humains 
et ce pendant des siècles
je sais que c’est là le pays où la mer se retire et reviens 
et c’est là 
d’où je viens 
p   i   e  r   r   e  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *